Non, ce n’est pas tout. Derrière un discours affirmé où elles disent faire le ménage pour ne garder que le versant brut d’un rock sans fioritures, se cache une impression nette : ce nom, Savages, est également trompeur. Car le quatuor ne file pas tout droit. « Silence Yourself » est déroutant et superbement composé. Il sait être tapi dans l’ombre tout en avançant ses pions. Jusqu’au moment où tu t’approches trop et qu’il te cogne. Sans ménagement. Comme quand on gagne une guerre parce qu’on l’a soigneusement préparée, dans les moindres détails.

On avait la sensation que le rock’n’roll avait été émasculé” disent-elles aux Inrocks il y a quelques jours. Peut-être. A vrai dire, on avait pas vraiment eu le temps de s’en rendre compte ni même d’y prêter attention. On devait sûrement prendre trop de temps pour examiner les choses, et ne pas en passer assez à le vivre avec nos tripes. Alors ces filles-là viennent te secouer pour mieux te ramener à l’essence même d’un mouvement, à son urgence. On gobe l’histoire volontiers. Parce qu’elle est en partie vraie. Mais Savages a aussi construit là un disque pour durer et donc pas si urgent que ça. On prend le pari qu’il vieillira terriblement bien, loin du sort de certains de ses confrères punks (ce disque finit quand même avec un saxo, hein). D’ailleurs, et ce n’est pas si souvent, l’ombre de Patti Smith semble gentiment planer. Voilà peut-être pourquoi ce disque semble habité. 

Au chant, une certaine Jehnny Beth. Oui, la moitié de John & Jehn. Au moment où son Jehn hibernait dans son studio pour enregistrer le disque de son pote Lescop, Jehnny s’était fait la malle et partait assouvir son rêve : devenir chanteuse d’un groupe. Elle toute seule, comme une grande. Elle s’entoure de demoiselles remontées comme des coucous, et le couteau pas très loin, des fois qu’il faudrait s’en servir. Mais on vous rassure, John est toujours là. Véritable cinquième homme de l’ombre, il modèle leur son. Cela aurait pu être Geoff Barrow, le cerveau de Portishead. Mais elles l’ont rembarré pour ne pas sacrifier l’énergie punk. Fast & furious, avant tout. Mais en sachant prendre les virages pour admirer le paysage. 

On vous fait gagner 2 places pour la soirée Pop Noire, jeudi 6 juin à la Maroquinerie. Avec un joli programme : Savages, Lescop, Johnny Hostile et Fauve (dj set). Envoyez vos participations à concours@sourdoreille.net. Clôture du concours le 4 juin à 18h. Objet du mail : Soirée Pop Noire.