Jeudi, après six semaines de diète, Sourdoreille va recharger ses batteries en festival. Direction les Rockomotives, à Vendôme. Au programme, une bien belle affiche (DJ Krush, Sollilaquists Of Sound, Gablé, Boogers, Lilly Wood & The Prick, Des Ark…) qu’on vous fera vivre en vidéo.

En attendant, voici une interview fleuve de Jocelyn Borde, administrateur des Rockomotives, plume pré-pubère de Paplar et ami de Sourdoreille (oui, pour une fois, c’est une interview copinage et on l’assume). On y parle trains, Tindersticks (photo), furoncles, Pollux, Aladin, Kate Moss, MST et Mötley Crüe. A la votre.

Les Rockomotives, ça se passe quand même à Vendôme. Tu fais quoi, le reste de l’année ?
Je suis bien ici à côté des champs et des gens qui se parlent. Bar de quartier contre Social Club, le choix est vite fait. Et puis nous avons le TGV le plus rapide et le plus cher au monde. Donc nous pouvons rejoindre la capitale aisément en cas d’envie impériale de voir des gens qui se font la gueule, qui se poussent dans les métros ou qui vont à des concerts à 75 euros la place.

De plus c’est toujours un plaisir d’aller dans la ville ou les groupes ne sont pas payés sur scène car, faut comprendre, « tu joues à Paris, c’est de la promo ». Donc je vis, tranquillement dans ma jolie maison, profite de la multitude d’évènements culturels sur le territoire (festival du film, promenades photographies, festival de contes, etc, etc, etc) et du temps. Un luxe non négligeable. Pour les gens qui trouvent Ibiza un peu trop calme, ce n’est pas la peine de venir habiter ici. Le Loir-et-Cher n’est pas l’eldorado des before d’after. Je réponds d’une manière abrupte guerre des classes province/paris mais je ne fais que m’abaisser au ton de cette première question fort déplaisante.

Mieux vaut s’appeler les Rockomotives ou le Foin de la Rue ?
Les noms de festival sont souvent un fardeau. L’avantage pour nous c’est que les quotidiens locaux peuvent invariablement avoir le même titre « les Rockos entrent en gare ». Pour le Foin de la rue, cela s’y prête moins. « Bêtes à manger du foin » tout de suite c’est complexe. Je crois qu’il vaut mieux s’appeler comme ça que comme le meilleur groupe de la terre : Boeuf skarottes. J’imagine encore la réunion de ces gens et l’illumination qui surgit, et tout le monde opinant « Ah oui; ça c’est bien, putain on est bons ».

Et puis cela permet à la presse de suivre une ligne directrice dans la blague et la voie ferroviaire. J’attends juste nos 25 ans savoir si quelqu’un osera « la fin de la carte 12/25 pour les Rockos ». Tout ce que je sais, c’est qu’il vaut mieux s’appeler Rockomotives que Sourdoreille. Cela doit être simple pour votre référencement Google…

Si Kate Moss se réconcilie avec Doherty et débarque à Vendôme, où l’emmèneras-tu faire du shopping ?
Je pense que je ne l’amènerais nulle part. J’irai acheter des fringues pas chères, style une salopette de paysans que je la lui revendrai un prix d’or en lui faisant croire que c’est à la pointe de la mode en France. Et chez les gays. Comme l’adage populaire veut que ce qui est tendance est Français ou gay, la transaction serait facile.

Une belle connerie cet adage, il n’y a qu’à regarder Magloire. Par contre, on n’a pas beaucoup de magasins à Vendôme, la preuve je m’habille chez C Discount. Etant donné que nous sommes en retard sur 8 modes, même avec du déstockage je suis à la pointe. Le souci si Kate Moss venait à Vendôme, c’est que je ne sais pas ou l’on ferait atterrir son hélicoptère.

Toujours à propos de Pete : combien de lycéennes vous ont harcelés pour que vous leur lâchiez l’adresse de son hôtel ?
A vrai dire, pas énormément. Je crois que la jeunesse devient très responsable. On va toujours crier comme durant la Bruel Mania dans les concerts mais on ne couche plus après. Y a les MST, YouPorn, Chat Roulette, qui ont changé la donne. Ils n’ont même pas le bac, ils défilent déjà dans la rue pour leur retraite.

Toute cette prévoyance implique que la défonce, ils la soutiennent de loin. Le lycéen devient prudent, ou crois en l’amour, le sincère, le véritable. Voilà ce que ça donne une génération bercée par « un rêve bleu » d’Aladin. L’avantage de la nôtre, c’est que nous avons été lésés de suite avec les boys band. Les filles n’en pouvaient plus pour des body-buildés qui arrivaient à faire rouler des pièces sur leurs tablettes de chocolat pendant qu’on ramait à cacher nos furoncles avec nos mèches décolorées. Ensuite, elles ont découvert la supercherie et ont arrêté tout relation sexuelle jusqu’à leurs 25 ans. Nous avons donc passé notre vie de jeune adulte à ramer et à composer des chansons tristes. Ce qui donne une scène musicale indé assez prolixe, en raison de la frustration. Je ne commenterai pas votre implication sur-dimensionnée sur moults festivals. Tout cela doit cacher un blocus énorme quand à une absence de vie sexuelle.

Vous programmez une pièce de théâtre cette année. C’est pour faire plaisir à ceux qui vous filent des subventions ?
Non pas vraiment, à vrai dire le projet est tellement transversal qu’il ne facilite pas les dossiers de subventions. Pour faire plaisir aux financeurs, on monte une bonne programmation est on leur promet d’être reçus comme des rois. C’est-à-dire comme tout le monde. Je note qu’aucun d’entre vous n’est venu, vous aviez peur de ne rien y comprendre ? Promis l’an prochain on fait une pièce de théâtre sur Pollux et Zébulon spécialement pour vous.

Sur le mercato des festivals, t’as déjà eu des propositions du Hellfest ?
Non, et j’en suis fort peiné. Nul doute que j’y serai allé. Kiss, le catch, Mötley Crüe; que des projets qui me font rêver. Pour le coup je suis assez sérieux, je pense que ce festival est un modèle en France. Le public des métalleux est le meilleur, tous styles confondus. Ils sont polis, à l’écoute et s’excusent quand ils marchent sur les pieds. Rien à voir avec les petits cons d’école de commerce qui appellent à la révolte de la rue en écoutant les groupes Eastpack. D’ailleurs, vous n’avez jamais été appelés pour le Hellfest ? A moins que vous ne craigniez les hordes de viking. Ils sont civilisés hein, ne vous inquiétez pas. De plus vous avez survécu au Sziget, à partir de là tout est possible.

Vous programmez le festival à plusieurs. Sur quels groupes tu as mis un veto ?
Alors pour rétablir une vérité nous ne programmons pas à propre titre à plusieurs. Richard est directeur artistique, je suis administrateur. Après nous avons la même passion pour la musique (ce qui est pratique vu notre activité professionnelle), avec certaines spécificités. Il essaie de me convaincre sans cesse sur de la pop chiadée, de la folk confidentielle, des projets barrés aux styles divers. Il est le rêveur des deux.

Je suis plus pragmatique. Je suis très ouvert sur le dit « mainstream » et me bat pour cela. Une éducation artistique d’une population et une diffusion avec du sens passe par ces biais. Il suffit de choisir le populaire de qualité, il y en a. J’écoute aussi un nombre incalculable de groupes indés mais lui laisse souvent le dernier mot sur ces sujets. Sur les têtes d’affiche, on se chamaille parfois, lui aimerait toujours prendre plus de risques. En tant que gestionnaire, je peux mettre mon hola. Même si j’ai été le premier à me dire « allez, Peter Doherty, on le tente ». On a juste eu une incompréhension sur le choix du groupe d’après.

Finalement, ils riront avec Boogers puis ne capteront rien à Marvin, mais saouls ils dodelineront de la tête. Sont cons ces jeunes. Mais bon, vu qu’ils n’ont pas de loyers ni aucune charge à payer, eux achètent des tickets. Ils ne produisent pas six vidéos à l’arrach pour avoir quelques accréditations.

L’artiste que tu n’iras pas voir sur cette édition ?
Probablement que je ne verrai pas grand chose des Tindersticks. Non pas qu’ils sont absents de mon coeur, mais après 8 jours de festival je risque de m’endormir dans les fauteuils du théâtre. Sinon, niveau goût personnel, nous divergeons dans l’équipe sur Liars. Venez à cette soirée car c’est la meilleure du festival (création Gablé avec une chorale locale, Dj Krush, French Cowboy, Sollilaquists of Sound, etc), mais je pense que durant Liars je serai au bar. Leur concert à la Route du Rock m’a ennuyé pronfondément. Il m’a fait rire également, je trouve cela exceptionnel de tant se questionner sur la manière de paraître déglingué. C’est un avis très personnel, je n’ai certainement rien compris au génie de ce groupe. Et au final, moquez vous de mon avis et faites moi mentir en vous ruant tous sur ce projet.

Pour les 20 ans en 2011, la création la plus folle que tu puisses imaginer ?
Mozart l’opéra rock joué par les artistes de la sélection Sourdoreille. Vous ne pensez tout de même pas que je vais vous livrer des exclusivités ?! On a des belles idées, mais par respect pour les artistes, je ne dévoilerai rien. Et aussi, au cas ou ca se foire ; je n’ai point envie de passer pour un con.